Zingy c’est l’histoire de ma vie.

Blog d'Anais Giordano

Etats d'âme

Rédigé par Ananais Aucun commentaire

 

Cette nuit j’ai rêvé que je partais dans une tribu dans une forêt. Je crois que j’ai beau me dire que tout va bien, parfois le poids de ce métier est lourd et si j’ai une petite faille dans mon moral les choses deviennent de suite plus difficile à supporter.

J’en parle à Yohann mais il est loin de se douter à quel point c’est difficile alors j’ai l’impression que personne ne me comprend vraiment. Mes collègues ? Eh bien je ne les vois pas, premièrement lorsque l’on travaille en libéral on travaille seul puis j’ai bien gardé contact avec une deux copine infirmière mais je vous ai déjà dit une fois que beaucoup on arrêté cette branche, se sont reconverti …… Oui je me sens bien seule au milieu de toute cette montagne de responsabilités et de fatigue accumulée. Je pense que cette semaine je vais doubler les séances de yoga pour me sentir plus détendue. Je sais bien qu’on ne peut pas toujours être au top de sa forme. Mais quand tout va bien on oublie presque à quel point quand c’est difficile, c’est vraiment difficile ….

Le WE prochain je vais voir pour partir avec Yohann et Kitty et Kiwi, juste deux jours ou peut-être trois, juste pour souffler et me retrouver. Il travaille en lycée donc le WE il ne travaille pas c’est plutôt pratique. Pour ma part, pour mes tournées je vais m’arranger avec mes patients du WE, contacter une ou deux connaissances pour voir si elles peuvent prendre la relève …. Ça décidera de la suite du WE finalement.

La tribu signifie le besoin d’un retour aux sources …. J’ai tendance à vouloir m’écouter dans ce genre de situation. La fatigue physique passe encore je peux gérer avec des vitamines ou des nuits plus longues. Mais la fatigue morale je dois m’écouter et penser à vraiment faire la part des choses entre ce que je peux gérer seule et ce que je dois régler de toute urgence pour que ça n’empiète pas sur ma vie sentimentale et mon travail. Mon travail est prenant je dois être à fond quotidiennement. Mes patients attendent ma venue toute la semaine, parfois même ils ne voient que moi de la semaine … Leur famille est loin, morte ou tout simplement ne fait plus attention à eux. Je dois leur apporter des soins et en plus être attentive à leur humeur, leurs besoins. Il faut être réactif.

Le yoga

Rédigé par Ananais Aucun commentaire

Bonjour à tous, aujourd’hui je vais aborder une partie de ma vie qui est liée à mon métier : La relaxation. Je vis dans un milieu où le stress est constant et pour tenir et être en forme pour voir mes patients, j’ai dû très vite trouver de quoi me relaxer et de quoi décompresser surtout. J’ai choisi le yoga depuis 3 ans. Pour moi le yoga est bien plus qu'une simple activité physique. J’ai lu une fois que dans la tradition indienne, le yoga était un véritable « chemin de vie » se découpant en plusieurs étapes. Ces étapes mènent toutes au bien-être physique et mental. C’est aussi une méthode de vie incluant la philosophie avec un grand « P ». Cette philosophie impacte l’hygiène de vie et l’hygiène corporelle, le comportement adopté envers autrui et vis-à-vis de soi-même, une certaine quête spirituelle, et bien sûr des exercices de respiration et de la méditation. L’union de tous ces éléments permet au corps d’être en harmonie avec l’environnement dans lequel il évolue. J’utilise le yoga à différentes fins :

1- S'ASSOUPLIR

Le but n’est pas de pouvoir toucher ses pieds avec son front. Les postures de yoga visent à assouplir et donc détendre les parties du corps qui sont nouées, tendues et bloquées. Avec le yoga on va travailler la souplesse de toute la colonne vertébrale mais aussi celle des hanches, des genoux, des chevilles, des poignets, de certains muscles contractés naturellement comme par exemple les psoas ou ischio-jambiers. S’assouplir aider à prendre conscience de son corps et de dénouer des parties dont vous ignoriez l’existence.

2- MIEUX RESPIRER

Dans la pratique du yoga, la respiration et le souffle sont essentiels. Ils doivent être coordonnés avec les mouvements. Les automassages des organes servent à purifier et renforcer l'organisme. Ils se font par l'inspiration, l'expiration et la rétention de l'air des poumons vides ou pleins. Grâce à la respiration contrôlée et maîtrisée, le cerveau, le sang, les tissus et les muscles sont mieux oxygénés.

3- RENFORCER SES ARTICULATIONS

Le yoga en salle permet de mobiliser et active tous les tendons et ligaments ainsi que et les muscles qui les entourent. Le fait de devoir tenir des postures durant plusieurs minutes détend par définition les muscles et les tendons. Avec ces étirements, les risques de blessures sont amoindris.

4- TONIFIER SA SILHOUETTE

Le yoga fait travailler tous les muscles du corps. Ils se renforcent, s'allongent et se détendent. Certains exercices de respiration musclent les abdominaux en profondeur ou permettent de stimuler certaines glandes, comme la thyroïde, et de masser les organes digestifs et ainsi de favoriser l'élimination des toxines et l'amincissement. La silhouette s’affine, et le corps reprend un peu de souffle.

5- FORTIFIER SON DOS

Moi qui travaille dans le médical, qui suis en contact avec des personnes âgées, je mets mon dos à rude épreuve. En pratiquant le yoga, je détends et étire ma colonne vertébrale et je détasse les vertèbres de tout mon dos. En plus, il tonifie et renforce tous mes muscles qui soutiennent mon dos, donc je me sens moins fatigués car mon dos bénéficie d’un meilleur soutient. Excellent pour prévenir les douleurs dorsales dont j’étais avant victime.

6- SE SENTIR PLUS ZEN

Ce qui m’a attiré dans la pratique du yoga c’est d’apprendre à « lâcher prise ». Etre infirmière c’est très prenant et il faut apprendre à couper, à vivre pleinement le moment présent, amener le mental dans « l'ici et le maintenant ». Et le yoga permet de faire le vide dans sa tête et d'évacuer les tracas du quotidien. Ma vie a changé depuis que j’ai débuté le yoga.

De façon générale, le yoga nous apparaît comme une activité trop lente avec des postures trop difficiles à exécuter... Mais c’est comme tout, avec de l’exercice et de la volonté, le corps s’habitue et devient plus réceptif. Je pratique le yoga en salle depuis environs 3 ans, j’ai changé une seule fois de salle de sport. Au tout début. La salle était plutôt pas mal mais je ne trouvais pas mon compte (trop cher). Depuis, je suis chez Sporting pour le yoga . Les séances ne surent pas plus de 45 minutes et on peut se garer facilement, ce qui n’empiète pas trop sur une journée. Généralement je prends 1h10, de façon à pouvoir me changer dans les vestiaires et positionner mon matériel, faire la séance puis prendre une douche. Je ne prévois rien après ma séance parce que je suis vidée mais je sais qu’il existe des séances le mardi midi… (ce n’est pas pour moi).

Mon métier

Rédigé par Ananais Aucun commentaire

Mon métier est un métier passion.

J’ai commencé à travailler à l’hôpital dans la continuité de mes stages. J’ai été baladée de services en services et j’en ai pris tout de suite plein les yeux.Chaque jour était une épreuve et la fatigue était pour le moins dure à gérer.J’ai appris énormément de technique car dans un CHU comme celui de Toulouse on voit de tout. J’ai fait énormément de nuits surtout au début. J’ai d’abord pensé que c’était une façon de me tester de la part de mes supérieurs et en effet je pense que ça l’était un peu mais j’ai aussi compris que le soir on voyait des choses qui ne pouvaient se passer qu’après une certaine heure. J’ai appris et j’ai peu dormi. Mais j’ai surtout vite gagné en maturité. La conscience professionnelle est une chose mais la conscience personnelle se mêle facilement à nos actes lorsque notre métier est une réelle passion.

J’ai dû apprendre à gérer mes émotions moi qui suis sensible. On s’occupe parfois de patient en fin de vie selon le service, ou alors qui arrivent pour une simple visite de contrôle et qui restent pourtant cloué au lit et finissent pas nous quitter car leur santé a fini par dégringoler. C’est difficile de s’occuper de personnes durant des jours, voire des semaines et de revenir le lendemain et de voir la chambre vide. C’est difficile d’assister à un décès. C’est dur oui mais pour faire ce métier avec rigueur et objectivité, il faut prendre sur soi et se donner, comme réussir à tout couper. Tout le monde n’est pas capable de le faire. Des copines infirmières ont arrêté au bout de six mois, parfois un an. Elles se sont réorientées dans le milieu médical pour la plupart mais en tant que puéricultrice ou dans les bureaux. Certaines ont carrément quitté le milieu médical pour faire un métier bien différent.

J’ai dû apprendre à m’organiser pour pouvoir m’occuper de mes patients correctement. Lorsque l’on n’a personne derrière le dos pour nous chapeauter on comprend vite que si une erreur est commise, on est le seul responsable. En l’occurrence, la vie de personnes est en jeu à tout moment et il appartient à nous de tout faire au mieux malgré la fatigue, les émotions, les nerfs, la faim, etc. Chaque patient mérite qu’on lui accorde quelques mots, quelques attentions. Parfois ils n’ont même plus de famille. On est les seules personnes qu’ils vont croiser dans une journée, à qui ils auront l’occasion de pouvoir parler. D’échanger. Alors on leur doit bien ça et même si l’on n’a pas dormi depuis dieu sait quand.

Le métier d’infirmière est parfois ingrat mais il est toujours beau. Il permet d’aider les personnes. De leur procurer des soins pour les apaiser. Il permet aussi d’avoir une douce fin ou de se rétablir vite. Il accompagne sur le long ou le court terme mais toujours avec humanité…

Fil RSS des articles de cette catégorie